Bonjour !

Un changement de lieu, un changement de dizaine, un changement de rythme de vie m'ont donnés envie de partager mon expérience, mes tâtonnements, mes savoir faire. Bienvenue à vous qui êtes venus ici partager mon bonheur de femme.

jeudi 25 avril 2019

Les nouvelles du potager

Profitons de cette journée pluvieuse pour venir commenter le potager de ce printemps.
Malgré un climat très instable en ce début d'année, je suis satisfaite de voir les semis pointer leur nez et surtout le dessin de mon potager est à la fois plus pratique mais aussi plus sympa. ne trouvez vous pas ?



Les pavés autobloquants qui m'avaient servis à délimiter ma parcelle ont changé d'usage. les voici utiles pour cerner les zones de cultures tout en accumulant ,comme les pierres, la chaleur nécessaire à réchauffer la terre.






Il faut bien dire que réchauffer la terre a été bien utile car les petits coups de gelée matinale ont fait du mal. Regardez cette glycine! 


Mais les dégâts auront été moins importants que l'an dernier et la rhubarbe pousse à vue d’œil ! et les artichauts aussi.


A l'automne dernier, j'ai semé dans le châssis diverses graines . Ils n'ont jamais été fermés. L'hiver n'ayant pas été trop rigoureux, je me réjouis de voir pousser  radis, salades et carottes. Un bouquet de persil m'a permis d'assaisonner mes salades très tôt dans l'année.


Ceci dit, les hivers étant parfois rudes ici, j'ai investi dans une serre adossée pour préparer les semis.
C'est une expérience concluante même si une nichée de souris a trouvé bon le logis et s'est régalée d'un bon nombre des graines enfouies dans les bacs.


La sécheresse de l'an dernier m'a amenée à intensifier la récupération d'eau pluviale. J'ai 4 cuves reliées entre elles avec tuyau de débordement sur des poubelles complémentaires. Je ne regrette pas ce choix car tout est pratiquement plein aujourd'hui. 


Sur un autre toit une gouttière récupère l'eau et la tonne à eau installée en mars est déjà remplie.

Et voici le nouveau coq de la maison :

Il est né au mois d’août dernier. Il est accompagné de 9 poules qui me donnent des oeufs chaque jour. Pour les héberger, j'ai monté un nouveau poulailler au milieu du verger. Cela permet aux poules de nettoyer le terrain de la vermine, de déposer les fientes pour enrichir la terre. J'ai réduit considérablement mes travaux de tonte : que du bonheur !



Du coup, j'ai également récupéré l'eau de ce toit dans deux grands bacs . L'installation de robinets plus performants me permettra d'arroser les fruitiers du parc grâce à des tuyaux à raccords rapides.

mardi 31 juillet 2018

La taille en vert des arbres

Si j'avais encore un doute après le suivi de la journée taille des arbres avec Jean Paul GALLERAND à l'écocentre d'Orléans, je vous garantis qu'il se serait envolé à la vue répétée des branches qui cassent sous le poids colossal des fruits qui abondent cette année.





J'ai dans mon jardin de vieux arbres peu ou prou taillés à une époque, mais qui, avec le temps et avant que je n'arrive là, ont eu tout le temps de se déployer vers le haut. Jean Paul nous dit " a quoi bon avoir des fruitiers si on ne peut pas cueillir les fruits ," Et il a raison. En plus, la fructification s'éloigne des charpentières si on n'intervient pas au bon moment. C'est la raison pour laquelle les branches cassent les unes après les autres cette année particulière.

Alors, je ne saurai trop vous conseiller ses formations auxquelles vous pourrez accéder en suivant ce LIEN

Comme j'ai aussi de jeunes arbres , je m'empresse de mettre en application ses conseils et je ne manquerai pas de venir ajouter les photos des résultats.

Transformation du potager


A l'issue de la saison 2017, le bilan de la praticité de mes parcelles n'obtenait pas une bonne note.
Si les allées permettait une assez judicieuse répartition, la largeur des plates bandes m'a obligé à me contorsionner plus que raisonnable et la position accroupie ne résolvait pas forcément l'accès aux zones centrales. Non, 1 mètre 20 de large n'est fichtrement pas pratique pour moi, sans compter qu'au bout du compte, j'avais vraiment eu l'impression de sous exploiter mon terrain.

J'ai donc décidé de transformer le design (c'est très à la mode ce terme en permaculture) de mes plates bandes rectangulaires,  en lignes de 25 cm de large, inspirées par le livre de Guylaine GOULFIER.


J'ai donc repéré en début de saison les lignes avec des piquets ornés d'un ruban coloré tous les 50 cm.
J'ai suivi les recommandation de rotations des cultures, de délais d'occupation des sols et voici ce que cela donne cette année de grosses chaleurs .



Ce que je n'avais pas prévu, c'est le caractère rigide que cela amène au potager, même si le potiron prend la tangente 


et la pastèque s'emmêle avec les haricots


Il y a quand même ces allées toutes droites et bien tristes quand les semis se font tirer les oreilles pour pousser 


Du coup, cette fin de saison va une fois de plus s'accompagner d'un remodelage du plan (je préfère ce terme) pour intégrer un ou plusieurs bassins afin de faciliter les apports en eau que ce magnifique été 2018 nécessite.




jeudi 19 octobre 2017

Apprendre le bonheur aux enfants

Me voici  "mamie" depuis le 12 avril 2017

C'est le moment de s'interroger, de réfléchir....
De génération en génération, les modes changent, les habitudes changent et les connaissances se diffusent à la vitesse d'internet.

De génération en génération:

se sont transmises des méthodes d'éducation auxquelles se sont soumises plusieurs générations jusqu'au moment où ces méthodes ont abouti à l’échec ou à l'impuissance des parents à gérer leurs enfants. Il n'est pas impossible que cela soit en lien avec l'évolution de nos chers petits qui ,il faut bien le reconnaitre, sont de plus en plus éveillés, habiles et dégourdis.
Bref, les temps ont changé et les mamans ont cherché d'autres approches pour accompagner le développement de leur progéniture dans la bienveillance, le respect et l'amour inconditionnel plutôt que de continuer à imposer des règles arbitraires et parfois dénuées de sens.

Les modes changent :

Le contrôle des naissances n'existait pas et dès le mariage, les enfants pouvaient se succéder dans les familles . De nos jours les enfants peuvent être programmés, décidés ou refusés.
S'il était mal venu d' avoir un enfant en étant célibataire, maintenant des allocations sont dédiées aux mères isolées officialisant ce statut si longtemps décrié.
La libération sexuelle est en marche : l'homosexualité reconnue et bientôt la GPA sera normalisée.

Les habitudes changent :

Chacun se rappellera les consignes du pédiatre qui prônera le coucher dorsal,puis le ventral , puis le coucher latéral , puis le dorsal...avec autant de conviction et d'arguments à chaque fois.
L'incitation à l'allaitement maternel, puis au lait maternisé, puis au biberon chaud, puis à température ambiante , puis à l'allaitement maternel....
Et tout ceci dans un contexte de mamans au foyer passant rapidement à la maman active, ce qui veut dire moins disponible et obligée de déléguer sa présence, sa parentalité....

Les connaissances se diffusent :

La présence d'internet qui se répand nous permet d'accéder à des connaissances, des regards, des approches différentes. Nous sommes dans l'ère de la communication. Même si cela est voulu par les US  à des fins commerciales , nous en profitons pour nous former, nous instruire et grandir.

Chacun peut donc s'autoriser à repenser ses croyances, ses convictions. les confronter avec d'autres avis et pesant le pour et le contre améliorer ses façons d'agir. Cela commence sans doute par des savoir faire pratiques, des méthodes de bricolage, de dépannage qui font comprendre en tache de fond que l'on ne sait pas tout. Peu à peu, l'idée de se renseigner sur tous les domaines s'amplifie. Chacun cherche sur l'ami google la réponse a ses problèmes et se rapproche du développement personnel qui fait changer sa façon de concevoir les choses pour résoudre telle ou telle difficulté dans ce monde où chacun s'accorde à dire que l'on y vit moins bien ....Y vit-on moins bien ou n'avons nous pas su nous adapter?ou parce que nous avons trop attendu des institutions?

En tout cas, pour en revenir à nos petits qui sont l'avenir, qui sont le prolongement de nos familles, qui seront peut être l'élite du futur, qu'allons nous mettre en œuvre?
Et bien je vous encourage, vous qui comme moi peut être, avez eu cette sensation d'avoir manqué des choses, de n'avoir pas eu ce recul suffisant pour remettre en cause assez tôt les méthodes d'éducation "classiques", à aller vous immerger dans le monde de la parentalité bienveillante.
Celle qui ne permet pas tout mais qui comprend, observe et accompagne le petit d'homme comme une petite vie toute neuve a part entière qui mérite attention et grand soin.

Aucun parent ne peut être parfait...car la perfection n'existe pas. Cependant, être heureux, cela s'apprend, être parent cela s'apprend aussi. Désolée, tout le monde n'est pas doué en tout !
Alors, voici quelques liens qui j'espère vous aiderons ou vous émerveillerons comme moi je l'ai été par ces approches pertinentes que j'aurais aimé connaitre plus tôt.
Il s'agit d'exemples justes là pour vous montrer l'existence d'autres méthodes .Et puis si comme moi vous êtes devenu grand-parent, vous pourrez mieux vous accorder avec vos enfants s'ils appliquent déjà ces approches.

https://www.youtube.com/watch?v=HBRKaA1a-yw

http://www.parentalite-bienveillante.com/

https://www.youtube.com/watch?v=1L8VFM8Ehpw

http://www.disciplinepositive.fr/

Belles découvertes !
Avec bienveillance :-)

Comment débuter sur une machine à tricoter Passap ?

La machine a tricoter se décline en un nombre colossal de modèles.

Les machines à tricoter ont été inventées il y a bien longtemps et ont été éditées au fil du temps avec des perfectionnements qui n'ont d'égal que le nombre des modèles.

Bien souvent les achats se sont faits en fonction du dépositaire le plus proche .
Deux logiques cohabitent : les systèmes où les aiguilles sont en repos quand elles sont montées ( Brother, Empisal, silver reed...)et ceux où elles travaillent quand elles sont dans cette position (Singer, Phildar, Passap...)

Personnellement j'ai démarré avec une Passap Rose toute mécanique mais j'ai également eu une passap verte avec un système dit "DECO" capable d'automatiser la sélection des aiguilles afin de réaliser des points décoratifs.

Celle qui fut la dernière de la marque,la plus récente, donc,  la plus sophistiquée aussi car électronique : c'est la Passap 6000.


                                           
Cette machine increvable comme se plaisait à le dire un chevronné de la marque est dotée d'une console électronique. Sa prise en mains est à la fois simple et déroutante car il est impératif de suivre ses indications ce qui semble la première difficulté pour la tricoteuse habituée a prendre la main sur son travail.

Sur cette photo vous la voyez équipée d'un moteur et installée sur sa table dédiée mais il est possible d'en trouver avec un équipement différent.

Toutes les machine à tricoter se trouvent d'occasion car il n'existe plus vraiment de fabricants sauf en au japon ou des rééditions  sont en cours. En Europe, des modèles silver reed sont distribuées mais sans prise en mains ni vraiment de service après vente ce qui est quand même fâcheux au vu du prix de ces machine neuves.

Oui, la machine a tricoter est capable de sortir de jolis tricots complexes mais c'est au prix d'une compréhension de son fonctionnement . Combien de fois j'ai croisé des tricoteuses agacées, dépitées et désolées devant ce bel outil !

Si comme de nombreuses passionnées vous vous heurtez à cet apprentissage, n'hésitez pas à me contacter (en bas de cette page). je vous propose mes services à distance par téléphone, chacune face à sa machine qu'elle soit rose verte ou blanche !

TEMOIGNAGES :

 "    je vous remercie pour les cours pris avec vous, en effet il m'a suffit d'un cours pour prendre en main ma machine et un deuxième pour vraiment savoir les bases et comprendre la machine.
De plus vous êtes très disponible par mail aussi ce qui est vraiment agréable quand on bloque sur quelque chose ! Cela permet d'avancer grandement ! 
Aujourd'hui je connais les bases grace à vous et cela me permet déjà de me faire plaisir avec la machine en réalisant de jolies chose! 
J'ai hate d'en prendre d'autres pour pousser encore plus mon apprentissage! 
Merci pour le temps accordé :-)   " JULIE.

"Je vous remercie pour cette très belle journée, pour le travail de rénovation de la machine, et aussi de la patience que vous avez déployée pour mon éducation. J'ai appris énormément de choses pendant cette journée. Il me reste à digérer tout ça et à pratiquer sans tarder.C'est grâce à vous deux si je persévère, car je me rends bien compte que compte tenu de la complexité du tricot machine, si l'on a pas une solide mise en route comme vous m'avez donnée, ou une machine en bon état de fonctionnement, c'est absolument impossible !

 Annie & moi nous vous remercions pour votre dévouement ! C'est une journée que je n'oublierai pas ! "Christian.



jeudi 22 octobre 2015

VOTRE SANTÉ

La santé est personnelle.


Il est tout à fait étonnant de voir à quel point la plupart d'entre nous avons perdu le contrôle de notre santé.
Il est vrai que depuis l'apparition des consultations du nourrisson chez les pédiatres, l'habitude de se reporter à tierce personne pour gérer les petits bobos est devenu monnaie courante.
Je ris en disant cela, car en effet, cela fait également courir la monnaie hors du porte monnaie...

Pour avoir travaillé en maternité, je me suis rendue compte qu'au fil des générations, ce que l'on appelle l'instinct maternel devenait de plus en plus fragile . Nos jeunes mamans manifestaient un état de stress et d'incompétence interpellant à l'arrivée de leur progéniture.
J'ai même entendu des nombreuses femmes réclamer une naissance à 6 ou 7 mois, ne tolérant plus d'attendre si longtemps pour enfanter, comme si le bébé correspondait d'avantage à une nécessité sociale qu'à un instinct maternel, négligeant les risques importants d'une naissance prématurée.

Au fil du temps, je constate des patients de plus en plus stressés voire paniqués à l'idée même de la maladie. D'autres qui réclament une solution miracle pour se sortir d'un rhume ou d'un problème banal comme si tout à coup la chose revêtait une importance gravissime.

S'il est judicieux d'avoir recours aux médecins, aux spécialistes pour recevoir un diagnostic en cas de maladie avérée, je ne saurais que trop recommander à chacun de reprendre le contrôle de sa santé et de se rapprocher de sa source pour comprendre, d'une part, et prendre un recul salutaire, d'autre part.

Pourquoi dis-je cela ? Qu'est-ce qui me le permet ?
J'exerce la profession de masseur kinésithérapeute depuis 1976. Cette démarche de soins m'a beaucoup apporté. Elle m'a permis de recueillir quantité de témoignages, de suivre des évolutions de toutes pathologies sur parfois de longues années. D'observer l'illogisme apparents de certains événements. En effet, à partir d'une même pathologie, les choix différents des patients pouvaient aller au pire comme au meilleur. Et quand les médecins se mettent à jouer les devins, je reste perplexe tant la vie m'a montré que rien n'est permanent, et que tout est possible dans un sens comme dans l'autre.

Pendant toutes ces années, j'ai pu également m'informer sur diverses pratiques et thérapies. Moi même, si vous avez lu les autres articles de ce blog, j'ai pris rapidement la tangente pour mes problèmes de S A.
Alors évidemment, il y a foison de nouvelles méthodes qui inondent le marché grâce aux salons sur la santé, le bien être, grâce à internet et parce que depuis une centaine d'années, les progrès ont été énormes. La génération des retraités est une manne qu'il s'agit de ne pas lâcher.

Cette génération du papy-boom  cherche à vivre longtemps et en bonne santé : voilà une superbe aubaine pour le commerce ! Le commerce, oui, le commerce...car en principe, les praticiens n'ont pas droit à la pub. Donc, tout ce que vous voyez avec des affiches publicitaires est généré par le commerce.
Cela ne veut pas dire que tout est mauvais, cela veut juste dire que tout est mis en oeuvre pour vous convaincre que cela soit bon ou mauvais, adapté à vous ou pas.
Cela veut aussi dire que pour tout ce qui n'est pas soutenu par la pub, vous passerez à côté de l'information et pourtant c'est peut être là que se trouve votre solution.
Cela veut dire aussi que des grands boulevards de la santé ont été constitués, où presque tout le monde s'engouffre comme des moutons bien dressés.

Je vais donc, ici, vous parler d'une autre approche. Celle qui consiste à se poser certaines questions essentielles.
Pourquoi tombe t'on malade ?
Qu'est-ce que cela veut dire ? Quel sens cela a t'il ? 
Voila les questions qu'il serait souhaitable de se poser avant que de courir chez le médecin, avant de se précipiter sur une quantité de remèdes le plus souvent étouffeurs de symptômes.

Ma position de kinésithérapeute m'a ouvert les portes de la réflexion d'autant plus facilement que le métier en lui même n'est jamais univoque. Je veux dire par là que la panoplie des techniques et des moyens du métier est vaste, à contrario du médecin généraliste, qui peut certes traiter multi pathologies, mais en général avec une seule médecine, de préférence officielle, allopathique,
Celle qu'il a appris à l'école de médecine, de préférence nationale...
Et pourtant, des médecines, il n'y en a pas qu'une, et pas moins officielles. Sauf, que chez nous ;il y en a une qui a la prévalence, celle qui peut être remboursée par la sécurité sociale. D'ailleurs, c'est un super argument qui marche ! Cela crédite à la fois d'un statut indélogeable et marginalise d'autant plus les autres approches considérées, par voie de conséquence, comme douteuses.

Réveillez vous bonnes gens! Il est temps, a fortiori en cette époque inondée de pesticides, de traitements chimiques sur nos terres et nos légumes de penser à prendre soins de nous.
Sachez que dans les stations d'épuration la filtration très au point pour éliminer les bactéries, ne peut gérer les résidus de médicaments à tel point que les poissons présentent quantités de malformations lorsqu'ils survivent.
ça fait peur ,non ?

Personnellement, je n'arrive plus vraiment à faire confiance à ce que me disent les médias, la télé ou les magazines. Pourtant j'y ai cru, naïve que j'étais, à l'époque où je pensais que les gouvernements et autorités ne décidaient QUE pour le meilleur de la population. Du coup, je me dis que la meilleure personne qui peut réellement prendre soin d'elle même, c'est moi.

Voici une piste de stratégie :

Dès que vous ressentez un problème de santé, un coup de froid, une douleur, un faux mouvement : collectez les infos en vous mêmes : Posez vous la question : Quel sens cela a t'il ? A quel moment ce symptôme m'est arrivé? quelles pensées avais-je à cet instant ? Que me dit ma source ?
Admettez que cela soit une réalité
Investiguez autour de vous et en vous pour comprendre ce qui a pu être déclencheur.
Soyez honnêtes avec vous même, soyez patient.
Vous serez étonné d'entendre votre petite voix intérieure vous signifier des indices comme des bulles d'air qui remonteraient à la surface. Ce sont des pistes.
Les maladies n'arrivent pas par hasard. Elles ont un sens, mais ce langage ne nous est pas familier. Il nous est d'autant moins familier que nous avons perdu l'habitude de méditer, d'être bien, d'observer, de prendre du temps pour nous. Et ce langage, ce symptôme, il n'est pas bon de l'étouffer.

J'ai pu constater au cours de ma carrière que chez les entrepreneurs stressés l'infarctus arrivait fréquemment et facilement comme si le corps disait "STOP ! tu m'embarques dans un rythme effréné que je ne supporte pas". Et ces patients ne l'étaient vraiment pas dans leur lit, car leur mental ne voulait pas s’arrêter. Moins ils étaient compliants et moins vite ils se remettaient.

Faites vous confiance puis, comme vous n'avez pas la science infuse, prenez plusieurs avis, mettez en route votre esprit critique, collectez des infos auprès d'autres pour mieux choisir la voie de votre guérison. Mais ne négligez pas la cause profonde qui vous a amené la maladie. Respectez vous et refusez tout ce qui encourage votre mal être. Identifiez les situations, les personnes, les contextes qui vous mettent à mal et peu à peu vous entrerez dans une lucidité bienfaisante.
Souvent, au cours des soins que je prodigue, je partage avec mes patients ces indices et je suis émerveillée de la lumière qui jaillit. De cet éclairage soudain, peut naître une nouvelle attention, une nouvelle attitude qui évite la plus souvent les récidives.
Quand on connait les causes, il est beaucoup plus facile d'éviter les conséquences.

Je pourrais encore discourir longtemps sur ce sujet qui pour moi constitue un fondamental de ma mission . En effet, mon objectif est d'aider les autres. Je le faisais sans en réaliser la dimension "projet de vie" sans doute parce que je n'étais pas encore arrivée a cette question : quel sens donner à ma vie. Je me rends compte à quel point les jeunes générations sont en avance et je me réjouis de leur ouverture qui leur permettra d'avancer de façon bien plus éclairée sur le chemin de la vie.
J'ai perdu beaucoup de temps par ignorance et parce que je demandais secours ou aide autour de moi au lieu de faire mes recherches moi-même. Et là, vous voyez que cela rejoint le comportement habituel des gens à propos de leur santé.

En conclusion :
je vous encourage vraiment à vous recentrer sur vous même et à développer votre enrichissement des connaissances hors des sentiers battus.
Bonne route à vous tous.

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.

lundi 31 août 2015

Le dos des écoliers !

Le cartable à bon dos !


J'écoutais une radio qui abordait l'arrivée de la technologie à l’école.
Evidemment, dans ce  21éme siècle de la communication où l'informatique inonde tout, je ne suis pas étonnée que l'on parle de cahier interactif et de cartable électronique.
Cependant, si la déception du chroniqueur qui reconnaissait les imperfections de ces matériels encore prototypes, est compréhensible, je ne peux que m'insurger sur sa petite phrase de conclusion.

Et d'affirmer que les dos des écoliers auraient encore tout le temps de se voir abîmés avec le port des cartables.

Alors, ne nous laissons pas embarquer par de tels propos et ouvrons les yeux. Si nos écoliers peinent à transporter leurs kilos de livres, c'est tout simplement qu'ils ne sont pas entraînés à l'effort. 
La musculature de l'individu, ça se travaille, notamment au moment de la croissance. Mais cela fait belle lurette que nos chers petits vont à l'école en voiture et ne tondent plus la pelouse.

Trois générations en arrière, et l'on trouve des jeunes qui se bougent, aident aux travaux familiaux et ne restent pas scotchés à leur console de jeu.
Tout est là. 
Conséquence, c'est aussi que bon nombre de 18/25 ans lâchent physiquement dès leur premier emploi à tels points que certains se retrouvent reconnus handicapés en début de carrière.

Alors, ce n'est pas que les cartables soient trop lourds, c'est que nos petits ne sont pas assez forts.Et ce ne sont pas les 2 heures de gym par semaine qui suffiront. Même avec quelques activités parascolaires, on est loin du compte...
NOUS en sommes responsables , comme le poids psychologique que nous leur faisons porter avec ce marasme et ce mécontentement permanent qui ne leur laisse que peu d'espoir de bonheur.

Nous pouvons être acteurs de nos vies et de notre environnement mais pour cela, il faut regarder les choses de nos propres yeux et non pas en gobant ce que les médias veulent nous faire avaler, ni en suivant comme des moutons de Panurge le chemin que les autorités s'emploient à nous faire prendre.
Et eux tous, s'y emploient 24h/24h !

Tous vos commentaires sont les bienvenus. merci d'avance.